Aspirateur robot : 11 critères pour bien choisir

par Marcelline

On les retrouve dans de plus en plus de foyers, aux côtés de leurs cousins, l’aspirateur balai et l’aspirateur traîneau.

Autonomes, discrets et efficaces, les aspirateurs robots ont vite conquis les adeptes du “faire moins au quotidien”, et on les comprend !

Avec leur drôle de forme circulaire, ces gadgets nous font la promesse d’une maison toujours impeccable, quel que soit le moment de la journée.

Vous aussi, aimeriez sauter le pas d’un nettoyage autonome et optimal ?

achetezlemeilleur.ca vous donne les 11 critères à prendre en compte lorsque vous souhaitez acheter un aspirateur robot.

1. Le budget

Le budget est un point important à prendre en compte lorsqu’on magasine un premier aspirateur robot.

La bonne nouvelle, c’est qu’on en trouve à tous les prix !

  • Pour un modèle d’entrée de gamme, avec des fonctionnalités plutôt limitées mais un nettoyage efficace, comptez environ 200 $. C’est d’ailleurs le prix de notre robot 1er choix de notre guide d’achat : le Eufy RoboVac.
  • Pour un modèle milieu de gamme avec une bonne connectivité et une bonne puissance d’aspiration, prévoyez entre 300 $ et 500 $. Si vous vous reconnaissez dans ce type de produit, le modèle iRobot Roomba 694 devrait vous plaire, avec son très bon rapport qualité-prix !
  • Pour un modèle haut de gamme avec des technologies innovantes comme une cartographie et navigation intelligentes, le budget est largement plus important : comptez plus de 1 200 $. Le iRobot Roomba i7+ est d’ailleurs l’un des meilleurs robots du marché !

Un constat est toutefois sans appel : nous vous conseillons de mettre le prix, même s’il s’agit de votre premier robot.

L’efficacité et la performance de nettoyage sont intrinsèquement liées aux technologies que possède le robot, ce qui détermine le prix d’achat.

Un robot peu efficace peut engendrer de la frustration, et vous faire regretter votre achat, ce qui n’est pas l’objectif.

 

2. Les programmes

L’un des principaux avantages d’utiliser ce type d’appareil nettoyeur, c’est la possibilité de pouvoir le programmer pour n’importe quel moment.

Vous voulez rentrer chaque soir dans une maison propre ?

Vous pouvez programmer un départ différé à 16h, pour que le cycle de nettoyage soit terminé à votre retour.

Vous n’avez plus que 2h pour aspirer avant que vos invités n’arrivent, mais vous devez courir à l’épicerie ?

Programmez le robot pour un cycle de nettoyage intensif, et le tour est joué !

Aussi, il existe des modes de nettoyage “turbo” ou “fort”, qui permettent une aspiration plus intense pour les endroits plus sales, ou encore un mode “spot”, pour cibler un endroit en particulier (le paquet de céréales tombé au sol risque de régaler votre robot glouton !)

C’est ça, la beauté de la technologie : les modèles les plus performants s’adaptent à votre emploi du temps, et vous facilitent le quotidien, toujours en toute discrétion.

 

3. La technologie de déplacement

La manière dont le robot se déplace a un impact direct sur sa performance de nettoyage.

Sur le marché, on distingue 2 principales technologies de déplacement sur les modèles actuels : aléatoire ou giratoire.

 

Le mode aléatoire

Les modèles d’entrée de gamme sont souvent dotés d’un système de navigation aléatoire : ils nettoient en ligne droite, de manière aléatoire et oublient parfois certains endroits.

Avec les capteurs tactiles ou de distance, ces robots se retourneront de leur trajectoire vers la droite ou la gauche, avant de continuer leur vadrouille jusqu’au prochain obstacle.

Ce mode de déplacement aléatoire est loin d’être parfait : le robot ne prend pas en compte l’espace qui l’entoure, mais plutôt les obstacles qui sont devant lui.

 

Le mode giratoire

De plus en plus de nouveaux modèles sont équipés de télémètres lasers et systèmes cartographiques, qui rendent leur parcours de nettoyage bien plus intelligent.

Ici, rien n’est laissé au hasard : le robot est configurable afin de parcourir toutes les zones, une seule fois et de manière réfléchie.

Sa technologie lui permet de cartographier la configuration des pièces et de garder en mémoire son déplacement.

Ceci lui évite de parcourir une pièce deux fois, et minimise son temps de nettoyage.

Certains modèles sont même capables d’effectuer leur vidange seuls, en retournant à leur station de charge lorsque leur batterie devient faible, et de retourner finir leur tâche lorsque celle-ci est rechargée, à l’endroit où ils l’avaient laissé.

Enfin, bon nombre de robots sont aussi équipés de capteurs de vide, les empêchant de tomber des escaliers.

Les robots possédant ce mode de navigation ont un prix plus élevé, mais leur mode de fonctionnement offre une qualité de nettoyage bien plus performante.

 

4. La connectivité

L’aspirateur robot n’échappe pas à la connectivité qui nous entoure !

La plupart des modèles se connectent sur votre réseau wifi, et peuvent se contrôler à distance via une application mobile dédiée (compatible sur Android ou iOS).

C’est aussi via mobile que vous pouvez réaliser les différentes mises à jour, pour garder votre appareil à la page des avancées du fabricant.

Vous avez également la possibilité de les lier à vos assistants vocaux comme Alexa d’Amazon, ou encore Google Assistant.

Cela vous permet une expérience d’utilisation encore plus facile, en activant votre robot à distance grâce à la voix, ou encore à suivre la progression en direct de votre appareil, sur votre cellulaire.

En revanche, si vous n’êtes pas à l’aise avec l’idée de connecter votre appareil, sachez que vous pourrez tout de même le faire fonctionner sans passer par le wifi.

Pour cela, vous pourrez utiliser la télécommande ou les boutons se trouvant sur le capot du robot.

Il faudra néanmoins garder en tête qu’un robot moins connecté veut aussi dire un robot avec moins d’options.

5. Le type de sol

Vous avez une maison ou un appartement avec des sols durs ? Un mélange de moquette et de surfaces plus rugueuses ?

Le choix du robot doit aussi se faire en tenant compte du type de surface que vous possédez.

En général, on conseille une puissance d’aspiration de 1 800 pa minimum, afin que le nettoyage soit efficace autant sur sol dur, que sur les tapis et moquettes.

Des aspirateurs robots peuvent être très efficaces sur les sols durs (parquet, lino, carrelage), tandis qu’ils pèchent sur les tapis et moquettes.

Regardez alors bien en amont de votre achat, quelle aspiration serait optimale pour vos surfaces.

Si vous avez un animal de compagnie qui perd beaucoup ses poils, n’hésitez pas à vous diriger vers un niveau d’aspiration puissant !

 

6. La capacité du bac à poussière

La bonne nouvelle, c’est que tous les aspirateurs robots fonctionnent sans sac : la poussière est récupérée dans un réservoir.

En fonction du modèle que vous avez, il faudrait effectuer la vidange vous-même, soit le robot retourne à sa base, et vide automatiquement son bac.

Le réservoir est accessible soit sur le dessus ou l’arrière de l’appareil, et sa capacité varie d’un modèle à un autre.

Elle peut être très faible (moins de 0,3 litre) ou plus généreuse (jusqu’à 0,6 litre et plus).

Optez pour un grand réservoir si vous n’avez pas envie de le vider après chaque utilisation.

Pour un nettoyage efficace, on conseille de vider le réservoir régulièrement, voire après chaque utilisation selon sa taille.

Pensez également à nettoyer le filtre HEPA qui filtre les squames, allergènes et autres particules nocives pour les personnes asthmatiques.

Note : il est préférable de changer les brosses et le filtre HEPA au moins une à deux fois par année, afin de conserver un nettoyage efficace.

Si vous n’êtes pas sûr qu’il soit temps de vider le réservoir, certains indicateurs sur l’application mobile peuvent vous alerter.

 

7. La possibilité de passer la serpillère

Saviez-vous qu’il existe des modèles de robots laveurs ?

Une fois que le robot a fini d’aspirer, il retourne à sa base pour que vous lui enfiliez ses coussinets, et repart pour un cycle de nettoyage.

Cela permet un vrai gain de temps dans les tâches ménagères, où le passage de la serpillière est possible grâce à un réservoir d’eau (dont la capacité varie sur chaque modèle.

Curieux d’en savoir plus sur ces modèles 2-en-1 ?

Découvrez notre guide d’achat !

 

8. Le volume sonore

Le niveau sonore est un point à ne pas négliger, surtout si vous comptez être à la maison au moment du cycle de nettoyage.

Ceci dit, la plupart des aspirateurs génèrent entre 65 et 70 dB, ce qui reste très correct.

Aucun risque de réveiller les bébés !

 

9. Les différents capteurs

Plusieurs capteurs guident votre robot de manière innovante au sein de votre maison.

Par exemple, les capteurs de vide permettent à votre robot de ne pas tomber dans les escaliers.

Des murs virtuels sous forme de petits blocs peuvent être disposés aux endroits sensibles de la maison, afin de créer des zones “interdites” (zone de jeu de bébé, espace cheminée, zone avec objets fragiles etc.).

On trouve aussi des capteurs embarqués ou encore à infrarouges (capteurs à distance) qui permettent à l’aspirateur robot connecté de changer automatiquement de direction lorsqu’un obstacle est rencontré.

Pour les modèles les moins perfectionnés, seul un pare-choc signale à votre robot qu’il est entré en contact avec un objet. Moins innovant, mais aussi moins cher !

Enfin, il est important de prendre en compte le fait que même les meilleurs aspirateurs robots ne peuvent pas monter les escaliers, en dépit de leurs capteurs de pointe.

La technologie s’en approche de plus en plus, mais il faudra attendre encore un peu, et se tourner vers un aspirateur traineau pour nettoyer vos marches !

 

10. L’ autonomie

Un robot aspirateur, c’est bien.

Un robot aspirateur qui nettoie longtemps, c’est mieux !

L’autonomie est un élément clé dans le choix d’un modèle de robot, tout simplement car personne n’a envie qu’il s’arrête en plein milieu de son ménage.

Sur le marché, les autonomies s’étendent de 60 à 150 minutes, ce qui est suffisant pour la plupart des besoins.

Pour les grandes habitations, vous pouvez par exemple étaler le nettoyage sur quelques jours, où votre robot pourra parcourir l’ensemble des pièces sans manquer d’énergie.

Il existe aussi des robots qui font une pause, effectuent un temps de charge et qui poursuivent ensuite le nettoyage de la pièce, là où ils s’étaient arrêtés.

 

11. Les brosses rotatives

Les brosses, situées sur les côtés ou sous le robot, permettent de ramener les poussières vers le bac dédié.

En fonction des modèles, on trouve 2 types de brosses :

  • brosses latérales : situées sur les côtés du robot, elles servent à nettoyer les saletés le long des murs et plinthes, ainsi que les angles. Elles entraînent ensuite la poussière à l’intérieur du bac, vers le filtre HEPA ;
  • brosse principale : elle collecte les poussières. Selon les modèles, elle est plus ou moins facilement amovible.

Les brosses sont soit en nylon ou en caoutchouc, celui-ci étant plus efficace contre l’emmêlement des cheveux/poils d’animaux domestiques que le nylon.

Notez aussi que certains modèles n’ont pas de brosses, mais une simple buse d’aspiration, similaire à un aspirateur classique.

 

Critères pour bien choisir son aspirateur robot : ce qu’il faut retenir

Choisir un aspirateur robot n’est pas toujours facile, surtout quand on voit la grande diversité de produits sur le marché.

Pour vous aider dans votre choix, voici les 11 critères importants que l’on vous conseille de regarder, au moment de votre séance de magasinage.

  1. le budget ;
  2. les programmes ;
  3. la connectivité
  4. la technologie de déplacement ;
  5. la capacité du bac à poussière ;
  6. le type de sol ;
  7. la possibilité de passer la serpillière ;
  8. Le volume sonore ;
  9. les différents capteurs ;
  10. l’autonomie ;
  11. les brosses rotatives.

À LIRE AUSSI

Ajouter un commentaire