Comment déshydrater des fruits sans déshydrateur?

par Véronique Raymond

Quand on parle de collation santé, les fruits séchés faits maison sont souvent un choix populaire, notamment avec la démocratisation récente des déshydrateurs alimentaires.

En effet les aliments déshydratés à la maison sont sans additifs et avec beaucoup plus de valeur nutritive que ceux du commerce, surtout quand on parle de fruits secs.

Mais est-il bien utile d’investir dans un Excalibur juste pour des fruits séchés ?

Peut-on déshydrater des fruits au four traditionnel à basse température, ou encore à l’air libre, même en plein air ?

Il existe en effet d’autres techniques en dehors du déshydrateur alimentaire, pour faire des fruits secs maison.

Elles varieront selon le type de fruits frais qu’on utilise, notamment au niveau du temps de séchage, qui pourra être différent pour des kiwis, des nectarines ou encore des pruneaux.

Essayons ici de faire un tour d’horizon de la déshydratation des fruits secs sans déshydrateur alimentaire, puisque en réalité certaines de ces techniques étaient déjà pratiquées par nos ancêtres pour une meilleure conservation des aliments.

Car eux n’avaient pas accès à la congélation par exemple…

déshydrateur

Le principe de déshydrations des fruits

Commençons par rappeler brièvement le principe.

La déshydratation des fruits frais permet de retirer l’eau contenue dans les fruits, pour pouvoir éviter tout risque de moisissure, et pouvoir les conserver plus longtemps sous la forme de fruits secs, qui pourront aussi devenir croustillants.

On vante souvent les mérites de la déshydratation pour la valeur nutritive, la meilleure préservation des vitamines et nutriments dans les fruits, des saveurs, ainsi que le côté santé puisque contrairement à ceux du commerce, les fruits secs maison ne contiendront pas d’additifs chimiques comme des conservateurs ou colorants.

Souvent, la technique de déshydratation nécessite une durée de séchage de plusieurs heures, à une basse température.

Si les déshydrateurs sont des machines optimisées pour cet usage, il est tout à fait possible de récréer le processus sans déshydrateur.

 

Séchage au four traditionnel

La première technique, et la plus facile sûrement, est celle du four conventionnel à chaleur tournante.

Le principal critère ici sera d’avoir un four capable d’avoir une température très basse, dans les alentours de 40-50 degrés Celsius, ce qui est généralement la température de séchage idéale pour déshydrater des aliments.

Il vous suffira de disposer vos morceaux de fruits coupés en fines tranches de quelques millimètres d’épaisseur sur une plaque avec du papier cuisson ou papier sulfurisé, et de laisser sécher plusieurs heures.

Il est conseillé de laisser la porte du four entrouverte pour permettre une meilleure circulation de l’air, et surtout pour laisser l’humidité s’échapper.

Pour la durée de séchage cela dépendra des fruits, de leur teneur en eau, de leur fraicheur mais aussi de la taille des morceaux que vous coupez. Le temps de séchage peut aller de 6 à 12 heures.

Vous pouvez trouver plusieurs guides et conseils sur le temps de déshydrations des différents fruits en ligne.

En règle générale, on conseille 6 heures pour des fruits à la chair plus dense qui contiennent moins d’eau comme les pommes, les poires ou les bananes, 8 à 10 heures pour des petits fruits plus juteux ou agrumes comme les raisins ou les oranges, et jusqu’à 12 heures pour des fruits qui contiennent beaucoup d’eau comme les fraises ou les pêches.

Encore une fois, le temps de séchage et déshydrations dépendra aussi de la chaleur et puissance de votre four, du thermostat, de la qualité des fruits et de leur forme : pensez-donc à vérifier régulièrement la cuisson pour obtenir un séchage optimal et vos fruits secs parfaits.

L’avantage de la déshydratation dans un four conventionnel, c’est qu’on aura beaucoup plus de place que dans un déshydrateur, pour produire de plus grandes quantités.

L’inconvénient sera le manque de stabilité de la chaleur, qui fera que la durée de séchage pourra être plus longue et plus difficile à contrôler, tout comme l’uniformité du séchage des fruits.

Et d’un point de vue consommation d’énergie, le four traditionnel consommera beaucoup plus d’électricité qu’un déshydrateur.

Une solution facile et plus spacieuse, mais moins écologique.

déshydrateur

Séchage à l’air libre

La technique la plus simple lorsqu’on a le bon endroit et la bonne température dans sa maison, mais qui peut aussi demander plus de patience.

En effet, il vous faudra un endroit sec et à l’abri de la lumière, qui possède quand même une bonne circulation de l’air pour être certain que toute l’humidité des fruits s’évacue.

Mais surtout, il vous faudra une source minimum de chaleur.

C’est pourquoi il est souvent recommandé d’installer ses fruits à sécher soit derrière une fenêtre qui prend le jour et le soleil, ou au-dessus d’un poêle, ou encore dans un grenier sec et exposé au soleil.

On peut disposer les fruits coupés en fins morceaux et dénoyautés sur une simple plaque, peut-être avec un léger tissu les recouvrant pour protéger de la poussière ou autres intrus indésirables.

Dans cette option, il faudra retourner les fruits, les changer de côté. Il est aussi possible d’accrocher les fruits à faire sécher sur un fil, ce qui possède aussi un certain charme esthétique.

L’avantage de cette technique c’est l’aspect zéro énergie dépensée pour le séchage des fruits.

On peut mentionner le côté décoratif dans une cuisine avec un fil de fruits séchants. Cependant, c’est une technique qui peut demander beaucoup plus de temps qu’avec un four ou un déshydrateur, pouvant par exemple aller jusqu’à 8 jours pour des pruneaux.

Séchage au soleil : le séchoir solaire

C’est une technique plus traditionnelle qui demandera la construction ou l’achat d’un séchoir solaire, pour faire sécher les fruits directement en extérieur au soleil.

Bien évidemment quand on parle du Québec, c’est une technique qui sera seulement possible en été, et il faudra faire attention aux taux d’humidité selon les régions.

Il existe plusieurs modèles de séchoirs solaires, mais le principe est souvent le même, un peu comme une mini serre concentrant la chaleur : les plateaux à déshydrater sont dans une boîte, souvent en bois, fermée et surélevée, pour être isolée du sol, de la lumière et aussi des insectes et animaux.

L’air chaud du soleil est généralement acheminé par une sorte de cheminée en plan incliné avec des plaques métalliques ou autres éléments chauffants, où l’air chaud rentrera par le bas au niveau du sol, pour remonter et aller dans le contenant, la boîte en bois ou en plastique pour celles de style serre.

Il faut cependant que la cheminée laisse échapper un peu d’air pour assurer une bonne circulation.

Dans certains modèles, le contenant avec les plateaux pour mettre les fruits sera intégré à la cheminée, et l’ensemble ressemblera à un genre de placard.

Le tout sera de veiller à ce que l’air s’échappe assez pour ne pas dépasser une certaine température à l’intérieur du séchoir, idéalement pas plus de 40 degrés Celsius.

Cette technique est valorisable du côté énergie puisqu’elle utilise seulement la chaleur du soleil et ne consomme aucune autre énergie.

Cependant, l’inconvénient est la dépendance à la météo et au soleil, ainsi que l’irrégularité de la constance de la chaleur par rapport à un four.

Un séchoir solaire peut se trouver d’occasion dans les alentours 50 CAD en montant pour des modèles plus élaborés, mais si vous êtes bricoleur, vous pourrez trouver de nombreux tutoriaux sur Internet pour construire le vôtre.

Les fruits secs sans déshydrateur : selon votre habitation

Ainsi oui, il est possible de déshydrater des fruits et plus à la maison sans un déshydrateur, notamment avec un four traditionnel, ce qui reste la méthode la plus facile, même si elle consomme plus d’énergie et demandera plus de travail, dans le sens où il faudra être à la maison pendant des heures pour surveiller le four.

Les techniques à l’air libre ou en extérieur sont meilleures d’un point de vue écologique et consommation d’énergie.

Cependant elles restent relativement plus difficiles à mettre en place.

D’une part, il faut avoir l’espace nécessaire à la maison, que ce soit pour faire sécher des grandes plaques de fruits quelque part dans la cuisine, dans un placard ou un grenier, ou bien avoir un jardin ou un balcon pour le séchoir solaire.

Et d’autre part, il faut avoir les conditions de température idéales pour le séchage à l’air libre ou le séchage au soleil.

Et entre l’humidité et les longs hivers, ce ne sera pas toujours évident de faire ça au Québec !

Mais il est tout à fait possible, grâce à la taille de certains séchoirs solaires, de produire suffisamment de quantité de fruits secs ou tomates séchées durant l’été pour faire des réserves pour le reste de l’année et rentabiliser l’utilisation d’un séchoir solaire pendant quelques mois seulement.

À LIRE AUSSI

Ajouter un commentaire