Lorsque vous êtes à la maison, vous trouvez que l’air ambiant est lourd, humide, et vous avez des doutes quant au taux d’humidité de votre pièce ?

Pas de problème, un déshumidificateur portatif peut être la solution, notamment puisqu’il va permettre de réguler le taux d’hygrométrie au sein de votre habitation, et aider à maintenir un taux sain compris entre 40% et 60%.

Toutefois, afin d’être pleinement efficace, cet appareil ne doit pas être choisi au hasard : certains critères sont essentiels à prendre en compte en amont.

Vous comptez acheter un déshumidificateur ?

Dans cet article, nous vous délivrons 13 conseils pour bien choisir son déshumidificateur, et profiter d’une maison saine pour vous, et toute votre famille.

Pourquoi est-il important de s’équiper d’un déshumidificateur ?

Le saviez-vous ? Durant l’hiver, notre taux d’humidité dans la maison ne doit pas dépasser les 30% (à une température décente de -15°C), et 60% l’été.

Si le taux d’humidité, que l’on mesure grâce à un hygromètre, est trop élevé, cela peut mener à une détérioration de votre logement, avec l’apparition de moisissures, de tâches sur les murs, etc.

Le plus grave, c’est qu’un trop-plein d’humidité peut également affecter votre santé, en entraînant des problèmes respiratoires de type asthme ou allergies.

Rassurez-vous, ce n’est pas une fatalité, et il y a peu de chance d’en arriver à ce stade, surtout si vous êtes équipé des bons appareils (climatiseur, déshumidificateur…), ou que vous mettez en places des petites actions courantes, telles que l’utilisation de la hotte de la cuisine ou du ventilateur dans la salle de bain.

Déshumidificateur

Faire un point sur le fonctionnement d’un déshumidificateur

Avant de nous lancer dans les critères clés à réfléchir avant tout achat, il nous semble important de rappeler globalement comment fonctionne un déshumidificateur.

Si vous possédez déjà un climatiseur, le système ne devrait pas vous être étranger :  un déshumidificateur possède lui aussi un ventilateur et un compresseur, qui est relié à deux serpentins (un chaud et un froid).

C’est dans ces deux serpentins que le liquide réfrigérant (ou gaz frigorifique) circule.

Ensuite, c’est très simple :

  • Le ventilateur aspire dans un premier temps l’air ambiant, vers le serpentin froid. L’air se refroidit et s’assèche au contact de celui-ci. Les gouttelettes d’eau produites (le condensat) s’écoulent dans un bac, qu’il faudra vider régulièrement afin de ne pas avoir d’écoulement.
  • L’air ainsi déshumidifié passe ensuite à travers le serpentin chaud, où il retrouve sa chaleur initiale, en récupérant celle dégagée par le compresseur, le moteur du ventilateur et le processus de réfrigération. À la fin, le même ventilateur ayant aspiré l’air humide, rejette l’air asséché dans la pièce.

Comment identifier vos besoins avant d’acheter un déshumidificateur ?

Acheter un déshumidificateur pour les bonnes raisons va augmenter vos chances de bénéficier de son plein potentiel.

Pour cela, il va falloir d’abord évaluer :

  • la surface de la pièce à traiter (sa superficie) ;
  • le taux d’humidité relative : exprimé en pourcentage, il correspond à la quantité de vapeur d’eau que l’air contient à une température donnée ;
  • la température de la pièce : plus une pièce est froide, plus le déshumidificateur doit être performant. À l’inverse, plus la pièce est humide, plus l’appareil va fonctionner efficacement ;
  • la nature de la pièce : un appareil sera plus performant pour déshumidifier une cave à vin qu’il ne le sera pour une piscine ou un salon, par exemple.

Identifier ces différents éléments en premier, vous permettra de gagner du temps dans la recherche de l’appareil parfait !

1)   Les différents types de déshumidificateurs

Rentrons enfin dans le vif du sujet, à savoir, les différents éléments à prendre en compte lorsque vous faites l’achat d’un déshumidificateur.

Sur le marché, on distingue plusieurs types d’appareils, à choisir en fonction de ses besoins et préférences :

  • Le déshumidificateur à condensation (ou à compresseur) : c’est le modèle le plus courant, il est très facile à transporter, car il est souvent doté de roulettes qui lui permettent d’être déplacé de pièce en pièce. Son principe de fonctionnement est très simple : comme énoncé plus haut, l’eau contenue dans l’air est récupérée dans le réservoir de l’appareil, et l’air est ensuite réchauffé par l’évaporateur avant d’être réinjecté dans la pièce sous forme d’air sec. Sachez que ce type de déshumidificateur peut aussi faire office de chauffage, ce qui les rend encore plus efficaces.
  • Le déshumidificateur par adsorption : à ne pas confondre avec “absorption”, ce déshumidificateur fonctionne avec un matériau appelé gel de silice, afin d’adsorber (retenir à la surface) l’humidité. Globalement, l’air est attiré par un ventilateur, sur une roue alvéolée enduite de gel de silice, qui va capter l’humidité contenue dans l’air. Cette roue tourne doucement avant de passer devant une résistance de chauffage pour être régénérée. À la sortie, l’air est plus sec et légèrement plus chaud.
  • Le déshumidificateur chimique (par absorption) : avec ce type d’appareil, nul besoin de compresseurs ou gel de silice. Il fonctionne avec du chlorure de lithium, un composé chimique sous forme de sel qui se caractérise par sa capacité à absorber l’humidité. Cet appareil représente l’alternative la plus économique, puisqu’aucune source d’énergie n’est nécessaire. L’appareil se suffit à lui-même grâce à des recharges, qu’il faudra se procurer tous les deux mois environ. Toutefois, le déshumidificateur chimique ne convient pas pour les problèmes d’humidité de grande ampleur. Il faudra vous tourner vers un autre type d’appareil si c’est le cas chez vous.
  • Le déshumidificateur maison : certaines personnes à l’esprit inventif utilisent des sacs de sel de déglaçage pour absorber l’humidité de l’air. La solution de sel mouillé s’écoule dans un bac ou dans l’avaloir de sol, tout en asséchant l’air. Étant donné que du sel s’écoule avec l’eau retirée de l’air, il faut en ajouter. Cette technique ne comporte aucune pièce mobile. Si vous essayez ce genre de déshumidificateur maison, souvenez-vous que le sel est une substance hautement corrosive pour le métal et fortement abrasive pour la peau.

2)  Le prix

Facteur primordial avant de considérer tout achat : le prix.

Concernant les déshumidificateurs, les modèles d’entrée de gamme se trouvent aux alentours de $80.

Dans ces prix, vous avez essentiellement des modèles compacts à faible capacité, souvent pas très efficaces.

C’est à partir de $200 ou $250 que vous pouvez acquérir des appareils fonctionnant pour de plus grandes pièces, avec une plus grande capacité d’extraction.

Les modèles les plus performants destinés à l’usage des particuliers sont autour de $380 ou $400.

Déshumidificateur

3)  La capacité d’extraction (ou capacité de déshumidification)

Un autre critère qu’il vous faudra prendre en compte : la capacité de votre déshumidificateur à assécher l’air, c’est-à-dire à extraire l’eau contenue dans l’air, en fonction de la superficie de votre pièce. Cette capacité se mesure soit en nombre de litres d’eau (L), soit en pintes ou en chopines, par jour.

Vous n’aurez aucun mal à la trouver sur l’emballage. Globalement, les modèles de petite capacité extraient moins de 12 L par jour (soit 25 pintes), ceux de moyenne capacité entre 12 et 17 L (soit 25 à 35 pintes), et ceux de grande capacité tournent aux alentours de 17 L ou plus (soit 35 pintes).

Comme énoncé plus haut, vous aurez besoin au préalable de déterminer la superficie de votre pièce, afin de faire le choix du modèle adéquat.

À titre d’exemple, un déshumidificateur de petite capacité pourra vous débarrasser de l’humidité dans une pièce égale à environ 1 020 pi2 (soit 95m2), où vous remarquez déjà des tâches sur les murs, et une certaine odeur.

Un appareil possédant une capacité moyenne pourra traiter une pièce deux fois plus grande, etc.

Toutefois, sachez que depuis juin 2019, les appareils sont évalués à une température ambiante de 18°C, plutôt que de 27°C, cela réduit donc leur capacité d’extraction.

Déshumidificateur

4)  Le système d’évacuation de l’eau

Certains modèles de déshumidificateurs évacuent l’eau accumulée par une collecte de condensats dans un bac dédié, d’autres disposent d’un tuyau d’évacuation qu’il faudra connecter vers l’extérieur de l’habitation.

Enfin, il existe aussi des déshumidificateurs équipés d’une pompe de relevage.

Celle-ci permet de rediriger l’eau récupérée vers une évacuation, située plus haut que l’appareil.

Déshumidificateur

5)  L’efficacité énergétique

Même chose que pour un climatiseur, on préférera un appareil homologué Energy Star ou ÉnerGuide (si possible avec une cote élevée).

À moins que vous n’utilisiez un appareil chimique ne nécessitant pas d’énergie, un déshumidificateur utilisé au quotidien consomme beaucoup d’énergie.

Ces labels vous assurent ainsi une bonne efficacité énergétique, c’est-à-dire un bon niveau de déshumidification, tout en consommant le moins d’électricité possible.

On le calcule en nombre de litres par kilowattheure (L/kWh).

Pour vous donner une idée de ce qui se fait sur le marché :  pour extraire 10L d’eau par jour pendant 162 jours (environ cinq mois et demi), les meilleurs déshumidificateurs vous coûteront 62$ en électricité, et les plus énergivores, près de 75$.

6)  La taille du réservoir

La taille du réservoir d’eau (exprimée en litres ou en onces) est importante à prendre en compte, plus pour le côté pratique et pour vous éviter de devoir vider celui-ci trop fréquemment.

Assurez-vous de choisir un bac avec une capacité relativement grande, ou sinon, vous pouvez opter pour une pompe de relevage (l’eau sera directement reversée à l’extérieur).

À titre d’exemple : pour une petite pièce moyennement humide, vider le bac rempli d’eau une fois par jour devrait être largement suffisant.

Un réservoir de 4L fera l’affaire.

7)  La détection de l’humidité par l’appareil

Posséder un déshumidificateur qui s’occupe de lire tout seul le taux d’humidité dans l’air, c’est assez appréciable !

Si ça vous intéresse, et que vous n’avez pas envie d’acheter un hygromètre, privilégiez l’achat d’un appareil doté de commandes intelligentes, qui déterminera tout seul le taux dans l’air.

8)  Le niveau sonore du déshumidificateur

Le déshumidificateur est un appareil assez bruyant.

Si vous optez pour un déshumidificateur électrique à condensation, celui-ci possède le niveau de bruit le plus élevé, à cause de son compresseur.

Toutefois, le bruit est un indicateur d’une très bonne performance de votre appareil.

Si c’est un vrai frein à l’achat, vous pouvez vous tourner vers des modèles silencieux, qui possèdent des fonctions “low” ou “sleep”, qui réduisent le bruit, mais aussi l’efficacité.

C’est idéal la nuit par exemple, ou lorsque le déshumidificateur se situe dans une pièce de vie comme le salon ou la cuisine.

En général, les modèles oscillent aux alentours de 55 dBA (décibels pondérés A), mais chaque marque a son propre barème, ce qui peut rendre compliqué la comparaison d’un modèle à un autre.

Déshumidificateur

9)  L’ergonomie et la taille

Le déshumidificateur est un appareil assez lourd et encombrant, mais pour vous faciliter la tâche, optez pour un modèle avec roulettes, et avec poignée sur le dessus pour vous aider à le déplacer.

En règle générale, les déshumidificateurs d’air destinés aux petites pièces auront un petit gabarit, et ceux agissant dans les grandes pièces auront un gabarit plus grand.

À vous de trouver le parfait compromis entre taille, esthétisme et performance.

10)  L’hygrostat

Si vous avez la chance de bénéficier d’un hygrostat intégré dans votre déshumidificateur, sachez que c’est une fonctionnalité très intéressante !

Qu’il soit à rentrer manuellement ou à programmer via une télécommande, il vous permet de maintenir le niveau d’humidité souhaité dans votre pièce.

Selon les marques, les mesures sont plus ou moins précises.

N’hésitez pas à consulter les avis des consommateurs sur les sites marchands pour voir ce qui se rapproche le plus de ce que vous désirez.

11)  Le fonctionnement à basse température

Cela paraît assez logique, mais plus l’air ambiant est froid, moins le déshumidificateur sera efficace.

Si vous prévoyez d’installer votre appareil dans une zone fraîche, comme un sous-sol ou une cave pour éviter les moisissures, assurez-vous d’abord que votre système est adapté aux basses températures (aux alentours de 5°C).

De ce fait, si de la glace se forme sur les serpentins du compresseur, celui-ci pourra s’arrêter, et le ventilateur s’occupera de faire fondre la glace en tournant.

12)  Les options offertes

Avoir un bon déshumidificateur, c’est bien, mais un qui vous offre des fonctionnalités supplémentaires, c’est mieux !

  • Programmation par minuterie : afin de programmer l’heure de mise en marche, et la durée de fonctionnement ;
  • Fonction sèche-linge : permettant de diviser par deux le temps de séchage du linge, lorsque celui-ci est étendu dans votre pièce ;
  • Fonction ionisation : la diffusion d’ions négatifs a pour but d’assainir l’air, en plus de faire baisser son taux d’humidité ;
  • Fonction dégivrage : pour optimiser la performance de l’appareil lorsque la température se situe entre 5 et 15 °C ;
  • Fonction arrêt automatique : lorsque le bac de l’appareil est plein, ou lorsque vous le retirez pour aller le vider, la fonction d’arrêt automatique évite un dégât des eaux.

13)  La facilité d’entretien

Tous les déshumidificateurs requièrent un entretien soigné et régulier, afin de voir leur durée de vie prolongée.

Les conseils de nettoyage sont généralement indiqués sur la notice d’utilisation, ou en ligne. Pour bien entretenir votre appareil :

  • Assurez-vous de bien nettoyer le filtre amovible et lavable après environ 250 heures d’utilisation, ou bien toutes les deux semaines ;
  • Deux fois par an (au printemps et à l’automne), nettoyez les serpentins à l’aide d’un embout d’aspirateur ;
  • Fermez bien les fenêtres pour limiter l’apport d’air extérieur, notamment lorsque l’indice humidex est élevé ou lorsqu’il pleut.

Déshumidificateur

Bien choisir son déshumidificateur, ce qu’il faut retenir :

  • Le déshumidificateur (ou absorbeur d’humidité) vous aide à maintenir un taux d’humidité stable et raisonné dans votre habitation ;
  • Plusieurs facteurs sont à prendre en compte avant de vous lancer dans l’achat : la nature de la pièce à déshumidifier, sa température, sa superficie et son taux d’humidité relative ;
  • Un déshumidificateur est un appareil encombrant et bruyant, mais il existe des modèles permettant un parfait compromis ;
  • Privilégiez des modèles avec une grande capacité d’extraction, et une efficacité énergétique redoutable !
Auteur

Ancienne journaliste et rédactrice pour divers groupes de presse, j'aime la décoration intérieure, la pâtisserie mais surtout le yoga !

Écrire Un Commentaire

Pinterest